Retour / Sommaire


PUTEAUX MAINTENANT - VOS CONTRIBUTIONS

>Après une lecture attentive de la prose céccaldienne, je suis effaré par l'indigence de l'ensemble.
Ce n'est qu'une longue fresque politico-historique où le maire resssse de manière brouillonne et sentencieuse un certain nombre de poncifs sur sa ville.
Passons sur les attaques politiciennes et les sous-entendus parano, dans un document sur l'urbanisme (?), le plus grave c'est l'absence totale de vision pour l'avenir de la ville. L'auteur vit dans le passé glorieux d'un Puteaux irrigué par les recettes de la Défense et les légions romaines.
Rien sur le commerce, rien sur les services publics, rien sur le stationnement et la circulation. Sur le bruit monsieur le maire envisage un audit...
Quid des espaces verts, quid de la mixité sociale ?
N'y a t-il pas des études déjà réalisées, si oui où sont-elles ? Elle sont invisibles dans le charabia de Puteaux demain.
Le clou de ce spectacle, ce sont les 13 propositions empilées les unes derrière les autres sans rapport avec le reste du document. 2 pages pour l'avenir, d'une grande médiocrité, et indigne d'une ville comme Puteaux. On peut se demander si monsieur le maire ne les a pas rédigé à la buvette municipale.
Ce n'est pas Puteaux demain mais Puteaux d'hier et d'avant-hier. Il va bien falloir arrêter cette machine à remonter le temps.

Espérons que la population se manifestera dans les 3 débats généreusement concédés par le "leader de la majorité nouvelle" pour rehausser un peu le niveau.
Sinon, Puteaux se désintégrera dans le néant de la pensée céccaldienne.

AB

 



>A lire les extraits de " Puteaux Demain ", je comprend maintenant mieux pourquoi le maire claironnant s'auto-congratule pour son exposé magistral sur sa vision de Puteaux demain. Effectivement il y a de quoi être ébahi devant tant de délire verbal. Du grand art. Mais au delà du spectacle que faut-il en retenir ? De cet essai complaisant et suffisant il n'en ressort rien ou pas grand chose. 20 pages pour noyer le poisson (habile manière d'obstruer le débat), 2 pages pour accoucher d'une souris (vous avez lu les 12 propositions du maire ?). Le maire est à côté de la plaque. Il se réfugie dans un discours alambiqué pour mieux se défausser des réalités quotidiennes. Le maître des lieux nous impose son diagnostic hors sujet et sa vision déphasée pour l'avenir de la cité. Il nous vole un Plan Local d'Urbanisme qui ne lui appartient pas pour se faire égoïstement plaisir.
Je ne souhaite maintenant qu'une chose, que la majorité fasse preuve de courage politique et co-signe ce document (si elle ose !).
S.

 

> Je remercie vivement monsieur le maire pour cette prose qui m'a permis d'exercer à pleine puissance mes zygomatiques. Grâce à lui j'ai heureusement réalisé l'amour inavoué des délinquants pour les troglodytes. Plus qu'un plan local d'urbanisme, ce long texte nous en révèle davantage sur la personnalité subconsciente de son auteur que sur l'avenir de Puteaux, enfin je l'espère.
Ce qui m'a le plus étonné dans cette leçon d'Histoire est la condamnation de la pensée des philosophes des Lumières pour le rétablissement de l'obscurantisme du clergé, et une attaque de front de la Révolution, rejetant de part le fait la République. Ce n'est plus seulement le totalitarisme que notre maire combat, mais la Raison et la souveraineté populaire, c'est on ne peut plus clair (ceci est écrit page 8 du document et non déduit d'une citation - comme l'a compris M. le maire).
Confirmant ses dire, notre maire cite : "une cité sert plus l'intérêt des particuliers en restant d'aplomb dans son ensemble, qu'en étant prospère dans chacun de ses citoyens, mais chancelante collectivement", une citation conforme aux modèles historiques que notre maire honore, niant Condorcet pour qui « L'intérêt de puissance et de richesse d'une nation doit disparaître devant le droit d'un seul homme. » C'est une manière élégante de se placer dans la continuité de Richelieu (« Il n'existe pas de plus haute loi morale que la défense des intérêts nationaux »), qui lui-même avait inspiré Jacques Foccart (« Pour les intérêts de notre pays, il ne faut pas avoir peur de mettre la main dans celle du diable »). Choisissant sans état d'âme le parti d'Ubu, l'idéologie se trahit dans nos rues sous la forme de décorations, ces décorations que sont les grilles (« Les grilles sont un décor »), pour en rester au texte.
Pour ce qui est du "Monumental", bien que la pensée me travaille je ne me permettrais évidemment pas de rappeler les conclusions de Freud, mais que penser d'un homme pour qui les grilles sont des décorations et qui a une telle vision de la démocratie, je suis inquiet pour nos Libertés sous le regard de bientôt 350 caméras haute résolution, franchement ça fait flipper.
D.

 

>En imposant le concept de palais, en le dupliquant à tout va, c'est la politique d'aménagement même de la ville qui se trouve à tout jamais affectée. Je ne suis pas sûr que la mairie ait bien pris la mesure de cela.
Autant que lieux de culture et de loisirs, les équipements publics (cinéma, médiathèque, piscine..) sont des lieux d'échange et de lien social. Structurants dans l'aménagement de la ville, l'implantation d'équipements publics devrait logiquement s'inscrire dans une démarche globale et donner lieu à une vrai réflexion sur l'aménagement de la ville et de ses quartiers. A l'inverse le concept de palais isolé et sans ouverture sur la ville, tient d'une approche parcellaire et réductrice. Par le choix d'un homme, c'est pourtant ce concept hautain qui s'impose à la ville.
Je préfère pour ma part des équipements qui soient des lieux d'échange que la population s'approprie et que la vie s'installe autour de places et de rues plutôt que des temples gardés et enclavés. Il y aurait pourtant à faire du côté du Théâtre et des Bergères (où sont passées les ZAC ?). Encore de belles opportunités ratées.
S.

 

>Le maire a beau jeu de se gausser du manque d'idées et de la paresse intellectuelle de l'opposition. Qu'il regarde ses propositions pour le PLU (Plan Local d'Urbanisme) en face. On y trouve la marque d'une politique urbaine peu pertinente et en manque d'inspiration.
Ces propositions sont surtout porteuses d'un risque, celui que Puteaux perde son identité. A vouloir importer tel ou tel modèle on veut faire de Puteaux ce qu'elle n'est pas. Je ne vois rien dans les propositions réductrices du maire qui fasse référence à l'identité et au caractère propre de Puteaux. Je pense qu'il serait nécessaire de regarder (et comprendre) ce qu'est Puteaux aujourd'hui afin d'imaginer ce que sera Puteaux demain.
Des propositions qui confirment que Puteaux tourne le dos à son environnement immédiat : rien n'est dit sur une possible reconquête des bords de Seine, rien sur les rapports à La Défense si ce n'est des principes en l'air puisque non suivis d'actions sur les liaisons piétonnes (chacun peut juger sur pied). A l'inverse, on se trompe de combat quand on dit vouloir embellir les entrées de ville : à Puteaux, il n'y a pas d'entrées de ville puisque Puteaux se trouve dans un continuum urbain. Ce qu'on cherche à marquer, ce sont des entrées de commune (drôle de préoccupation). Pourquoi ne pas tout simplement " embellir la ville " ?
L'élaboration d'un PLU pour Puteaux ne relève pas d'une démarche naturelle. Contraint par la loi, il a fallu manifestement se forcer la main. On sent bien par exemple que le principe affiché de mixité sociale n'est que de circonstance et n'est étayé par aucune action tangible. Dire que l'on complétera le parc HLM, prudemment, par la réalisation de petites unités de standing, c'est se préparer à ne rien faire du tout. Cette formule montre surtout que c'est le principe même de logement social dérange.
Pour un PLU qui dit " rendre la ville aux habitants " (mais qui ne propose rien sur le création de parcs urbains, manifestement pas une action prioritaire), je le trouve plutôt à l'image de son maître. Il se prépare un PLU d'arrière-garde qui ne fait que reprendre les incontournables du genre " joyaux à la couronne ".
S.

 

>Il ne me semble pas nécessaire de construire un palais (ni même une maison) de la communication (projet îlot Montaigne).
J'aime beaucoup La Défense et l'architecture moderne en général, y compris quand elle contraste radicalement avec son voisinage, mais je n'arrive pas à aimer ce projet.
Contrairement aux riverains, qui souhaitent uniquement de l'espace vert (réflexe habituel), il me semble que la continuation du tissu pavillonnaire, qui fait le charme de ce quartier, serait la meilleure solution. Puteaux, très bien situé, se doit d'accueillir de nouveaux habitants. Sinon, ils iront habiter loin et se déplaceront plus en voiture. Une ville durable est une ville dense. Construisons donc ici du pavillonnaire dense et de grande qualité. Tant pis si cela ne sera pas du HLM. Je ne pense pas qu'il faille soutenir le logement social avec de l'argent public. Mais ceci est une autre affaire dont je discuterai une autre fois.
Yves

POUR ÉCRIRE : maintenant@monputeaux.com